gallery/mains

Mais l’EFT ne vient pas seulement au secours des enfants : l’expérience montre qu’aider les enfants, c’est aussi, bien souvent, soutenir et aider les parents.

Et cette méthode peut offrir à diverses étapes un soutien efficace pour les (futurs) parents :
- tout au long de la procédure d’adoption, puisque ceux-ci, bien souvent, doivent subir un certain nombre d’épreuves avant de pouvoir adopter : parcours médical parfois lourd (examens, PMA etc…), parcours d’agrément (ô combien nécessaire, mais qui peut donner l’impression de devoir « faire ses preuves », mériter son « diplôme de parents »), puis incertitudes et aléas de la procédure (délais souvent fluctuants, démarches interrompues, catastrophes naturelles comme le séisme en Haïti en 2010… autant de stress qui peuvent ensuite se transmettre à l’enfant et induire ou renforcer un attachement de type insécure).


- Et dans la navigation au long cours qu’est la vie familiale post-adoption, l’EFT peut aider les parents, au quotidien, à accueillir la violence potentielle des émotions et des réactions de l’enfant sans se sentir rejetés, à verbaliser sans culpabilité, pour mieux le dépasser, le décalage entre enfant rêvé / imaginaire et enfant réel, à accepter leurs propres limites en renonçant à « réparer » l’enfant sans renoncer pour autant à l’accompagner dans la gestion de ses émotions et dans la perlaboration de ses traumas initiaux, à gérer leurs propres peurs, difficultés, culpabilités, blocages etc… vis-à-vis de la famille ou du pays d’origine… Tout ceci implique un travail lucide sur ses bases éducatives et sur son enfant intérieur, surtout si l’enfant vient percuter des traumas non résolus dans l’histoire parentale.


- Dans tous ces cas, l’EFT peut être un outil de choix pour aider le parent à prendre soin de soi au quotidien, lui permettre de réagir de façon stable, prévisible, rassurante et adaptée, lui éviter d’entrer dans un cercle vicieux où le stress de l’enfant le mettrait perpétuellement en état de stress.

L’adoption, c’est tout d’abord pour moi une histoire personnelle, puisque j’ai adopté mon fils en Haïti en 2007.

J’aime à dire que je n’ai pas seulement adopté mon fils, mais aussi d’une certaine manière Haïti (devenu mon pays de cœur) et … l’adoption elle-même, sujet dont la richesse et les multiples aspects psychologiques, sociologiques, anthropologiques sont rapidement devenus une passion. 
Marquée par le manque flagrant de thérapeutes formés aux réalités de l’adoption (certains font une heureuse exception : voir la rubrique « liens »),  j’ai choisi d’ouvrir aussi mon cabinet aux familles adoptives, tant pour l’accompagnement des postulants à l’adoption que pour celui des enfants, adolescents et adultes adoptés.

Après avoir suivi, en 2011, une première formation universitaire sur l’accueil et la santé des enfants adoptés, mise en place par le Dr Jean Vital de Monleon, j’ai validé en 2016 le DU « Enfant adopté » de la Faculté de Médecine de Dijon, toujours sous la direction du Dr de Monleon

Et les parents ?

Quand consulter un thérapeute ?

Une sensibilisation des (futurs) parents adoptants à l’univers émotionnel de l’enfant et une initiation (NB : renvoi rubrique « formations ») à des techniques simples d’accueil et d’accompagnement des émotions peut s’avérer une aide précieuse, au quotidien, pour les parents. L’EFT est en effet une méthode simple, ludique et rapidement assimilable en autotraitement, pour accompagner le développement émotionnel de l’enfant, comme le montre Jean-Michel Gurret dans son ouvrage Finis les chagrins, les peurs et les colères avec l’EFT. Aidez votre enfant à mieux vivre ses émotions. 
Bien utilisée, l’EFT peut être utile et efficace à chaque étape du parcours d’un enfant adopté : 
- Lors de la première rencontre entre l’enfant et sa nouvelle famille, moment clé où commence à se nouer l’accordage émotionnel, mais aussi à l’arrivée, avec le changement souvent radical qu’elle implique et qui peut constituer un véritable défi et un choc émotionnel. Il est important que les parents puissent se mettre un instant à la place du petit voyageur qu’est l’enfant adopté, confronté soudain à un univers où tous ses repères sensoriels habituels semblent avoir disparu : sons, couleurs, odeurs, climat, textures… , et puissent accompagner ces sensations d’étrangeté des premiers jours, en décrivant, nommant, et surtout en rassurant l’enfant. 
- Cet accompagnement psycho-émotionnel peut être poursuivi au fil des semaines, pour faciliter la formation de liens d’attachement sécures. Les techniques d’EFT (qui impliquent face à face, mise en miroir, accueil, verbalisation et validation des émotions) contribuent à renforcer ce lien, se révélant ainsi un outil précieux dans l’accordage des styles d’attachement des parents et de l’enfant. 
De manière générale, l’EFT constitue  une aide précieuse dans les aléas émotionnels que traversent un grand nombre d’enfants adoptés, au fil des années, et que décrit Johanne Lemieux dans son ouvrage La normalité adoptive : ultra-sensibilité, alternance très rapide d’émotions contradictoires, colères fréquentes, peurs cachées, faible estime de soi, angoisses de séparation, troubles du sommeil, hypervigilance et sensibilité exacerbée au stress… Elle permet d’apaiser ces troubles en travaillant sur deux axes : retrouver et retraiter le ou les souvenirs traumatiques à l’origine de ces comportements dysfonctionnels, et aider dans le présent à accueillir et gérer les émotions de façon plus sereine et adaptée.

Cette pratique doit  bien évidemment, dans des cas plus complexes, s’inscrire dans une démarche de thérapie, avec un(e) professionnel(le). Dès lors que les parents se sentent impuissants, désorientés, dépassés par les réactions de leur enfant, que celles-ci ne trouvent pas de résolution durable avec les outils utilisables en autonomie, ou que l’équilibre familial semble mis en péril, il est important de consulter.

Dans ce cas également, l’objectif sera toujours, à côté du travail direct de retraitement des souvenirs traumatiques avec l’enfant, de guider les parents vers une démarche autonome progressive en leur transmettant des outils d’accompagnement au quotidien. Il ne s’agit en aucun cas de stigmatiser les parents ou de les culpabiliser, mais toujours de les soutenir et de les aider à développer au mieux leurs compétences. 

Pourquoi l’EFT est-elle particulièrement adaptée en post-adoption ?

Accompagnement à l'adoption

L’EFT : A quel moment ? Pourquoi ?

Parce qu’elle permet d’aborder en douceur la rupture que subit l’enfant avec sa famille biologique. Rupture qui, souvent, ne laisse pas de souvenir conscient (soit parce que l’enfant est trop petit, soit parce que son cerveau a opéré une dissociation post-traumatique), mais des émotions, des sensations (grande tristesse, sentiment de vide…).

L’EFT permet de cibler les seules émotions et sensations ressenties par l’enfant, sans attache mnésique précise et consciente, ce qui en fait un outil idéal pour accueillir les émotions de l’enfant et apaiser la souffrance de la première rupture, avec les peurs et colères qui y sont associées. Le retraitement du souvenir traumatique permet sa pleine intégration dans la mémoire épisodique et lui ôte son caractère dysfonctionnel.

L’EFT et le Matrix Reimprinting permettent de recréer des continuités dans une histoire de vie ponctuée de ruptures précoces, de laisser réémerger à la conscience des souvenirs, des émotions, des images oubliées, et d’établir des ponts entre le passé et le présent, en mettant en exergue toutes les ressources d’attachement disponibles.

gallery/accompagnement-adoption