Blandine Chapuis, psychopraticienne certifiée en EFT clinique et Matrix Reimprinting et spécialisée dans l'accompagnement des familles adoptives

L'adoption

Quand consulter ?

Pour les postulants à l’adoption, et aussi à l’arrivée de l’enfant :

postulants à l'adoption

Une sensibilisation des (futurs) parents adoptants à l’univers émotionnel de l’enfant et une initiation à des techniques simples d’accueil et d’accompagnement des émotions peut s’avérer une aide précieuse, au quotidien, pour les parents.
L’EFT en particulier est une méthode simple, ludique et rapidement assimilable en autotraitement, pour accompagner le développement émotionnel de l’enfant, comme le montre Jean-Michel Gurret dans son ouvrage « Finis les chagrins, les peurs et les colères avec l’EFT. Aidez votre enfant à mieux vivre ses émotions. » Bien utilisée, l’EFT peut être utile et efficace à chaque étape du parcours d’un enfant adopté.

Lors de la première rencontre entre l’enfant et sa nouvelle famille, moment clé où commence à se nouer l’accordage émotionnel, mais aussi à l’arrivée, avec le changement souvent radical qu’elle implique et qui peut constituer un véritable défi et un choc émotionnel.
Il est important que les parents puissent se mettre un instant à la place du petit voyageur qu’est l’enfant adopté, confronté soudain à un univers où tous ses repères sensoriels habituels semblent avoir disparu : sons, couleurs, odeurs, climat, textures… , et puissent accompagner ces sensations d’étrangeté des premiers jours, en décrivant, nommant, et surtout en rassurant l’enfant.

Cet accompagnement psycho-émotionnel peut être poursuivi au fil des semaines, pour faciliter la formation de liens d’attachement sécures. Les techniques d’EFT (qui impliquent face à face, mise en miroir, accueil, verbalisation et validation des émotions) et les autres approches psychocorporelles qui leur sont associées contribuent à renforcer ce lien, se révélant ainsi un outil précieux dans l’accordage des styles d’attachement des parents et de l’enfant.

Pour les parents qui rencontrent des difficultés, petites ou grandes,
dans la vie quotidienne avec leur enfant

Difficultés de l'adoption

De manière générale, la psychologie énergétique constitue  une aide précieuse dans les aléas émotionnels que traversent un grand nombre d’enfants adoptés et que décrit Johanne Lemieu dans son ouvrage « La normalité adoptive » : ultra-sensibilité, alternance très rapide d’émotions contradictoires, colères

fréquentes, peurs cachées, faible estime de soi angoisses de séparation, troubles du sommeil, hypervigilance et sensibilité exacerbée au stress…

Elle permet d’apaiser ces troubles en travaillant sur deux axes : retrouver et retraiter le ou les souvenirs traumatiques à l’origine de ces comportements dysfonctionnels, et aider dans le présent à accueillir et gérer les émotions de façon plus sereine et adaptée.

Combinant l’approche attachementiste et les dernières connaissances en psychotraumatologie, j’ai à cœur de transmettre aux parents des outils théoriques mais surtout pratiques de décryptage des comportements quotidiens de l’enfant, afin de  favoriser l’accordage parents/enfants, la stabilisation émotionnelle et l’élaboration d’un récit de vie cohérent et qui fasse sens.

Dès lors que les parents se sentent impuissants, désorientés, dépassés par les réactions de leur enfant, que celles-ci ne trouvent pas de résolution durable avec les outils d’autorégulation connus, ou que l’équilibre familial semble mis en péril, il est important de consulter.

En ce cas également, l’objectif sera toujours, à côté du travail direct de retraitement des souvenirs traumatiques avec l’enfant, de guider les parents vers une démarche autonome progressive en leur transmettant des outils d’accompagnement au quotidien.

Il ne s’agit en aucun cas de stigmatiser les parents ou de les culpabiliser, mais toujours de les soutenir et de les aider à développer au mieux leurs compétences.

Pour les parents eux-mêmes

L’expérience  montre qu’aider les enfants, c’est aussi, bien souvent, soutenir et guider les parents, en particulier :

  • dans la longue aventure qui mène à l’adoption, puisque ceux-ci, bien souvent, doivent subir un certain nombre d’épreuves avant de pouvoir adopter : parcours médical parfois lourd (examens, PMA etc…), parcours d’agrément (ô combien nécessaire, mais qui peut donner l’impression de devoir « faire ses preuves », mériter son « diplôme de parents »), puis incertitudes et aléas de la procédure (délais souvent fluctuants, démarches interrompues, catastrophes naturelles comme le séisme en Haïti en 2010… autant de stress qui peuvent ensuite se transmettre à l’enfant et induire ou renforcer un attachement de type insécure).
  • Et dans la navigation au long cours qu’est la vie familiale post-adoption, pour les aider à accueillir la violence potentielle des émotions et des réactions de l’enfant sans se sentir rejetés, à verbaliser sans culpabilité, pour mieux le dépasser, le décalage entre enfant rêvé / imaginaire et enfant réel, à accepter leurs propres limites en renonçant à « réparer » l’enfant sans renoncer pour autant à l’accompagner dans la gestion de ses émotions et l’intégration de son histoire de vie, à gérer leurs propres peurs, difficultés, culpabilités, blocages etc… vis-à-vis de la famille ou du pays d’origine… Tout ceci implique un travail lucide sur ses bases éducatives et sur son enfant intérieur, surtout si l’enfant vient percuter des traumas non résolus dans l’histoire parentale.

Dans tous ces cas, il est indispensable d’aider le parent à prendre soin de soi au quotidien, pour lui permettre de réagir de façon stable, prévisible, rassurante et adaptée, et pour lui éviter d’entrer dans un cercle vicieux où le stress de l’enfant le mettrait perpétuellement en état de stress.

Pour les adultes adoptés

A certains moments de sa vie, il peut devenir utile, voire urgent, de faire la paix avec son histoire, de l’intégrer pleinement, y compris avec ses « trous », ses questionnements, ses discontinuités, afin de prendre pleinement conscience et possession de sa place dans sa famille, son environnement et dans le monde. C’est bien souvent une étape indispensable pour pouvoir se mettre en projet, (ré)initier une dynamique de vie cohérente et porteuse de sens.

L’EFT en particulier, combinée avec d’autres outils de psychotraumatologie, est un outil précieux sur ce chemin, qui permet d’aborder en douceur la rupture subie, enfant, avec sa famille biologique, une rupture qui, souvent, ne laisse pas de souvenir conscient (soit parce que l’enfant est trop petit, soit parce que son cerveau a opéré une dissociation post-traumatique), mais des émotions, des sensations (grande tristesse, sentiment de vide…).

Elle  permet de cibler les seules émotions et sensations ressenties, sans mémoire précise et consciente, ce qui en fait un outil idéal pour accueillir toute la gamme de ses émotions, apaiser la souffrance de la première rupture, avec les peurs et colères qui y sont associées. Le retraitement du souvenir traumatique permet sa pleine intégration dans la mémoire autobiographique et lui ôte son caractère dysfonctionnel.

L’un des objectifs principaux est  de recréer des continuités dans une histoire de vie ponctuée de ruptures précoces, de laisser réémerger à la conscience des souvenirs, des émotions, des images oubliées, et d’établir des ponts entre le passé et le présent, rendant disponibles de nouvelles ressources pour nouer des liens constructifs.

EFT et psychologie énergétique

Ressources sur l'EFT et la psychologie énergétique

L'adoption

En savoir + sur l'adoption

Mon approche
thérapeutique

Mon approche est résolument flexible et s’inscrit dans le fil de la psychothérapie humaniste et intégrative. Elle est fondée sur un rapport de coopération…

Contact

Vous pouvez prendre RDV
par téléphone au 06 86 93 02 94
ou par mail eft-chapuis@orange.fr

Mon cabinet se situe dans le village 
« Le Grand-Serre » dans la Drôme.

Qu'est ce que l'EFT ?

L’EFT (Emotional Freedom Techniques) est une technique psychocorporelle de gestion du stress et de déprogrammation émotionnelle des souvenirs traumatiques. ..